fr en
Epernay

En bref
Votre avis nous intéresse

Consultez notre nouveau site web.

L’équipe web accepte volontiers vos remarques et suggestions.

Accueil fr > fr > Collections > Divers > LA MARMOTTE

LA MARMOTTE

D’une taille moyenne de 50 cm, la marmotte est un petit mammifère rongeur de la famille des sciuridés vivant dans les zones montagneuses. A certains points de vue, c’est un animal étonnant.

Une cousine de l’écureuil

La marmotte tient un peu de l’ours et un peu du rat. Elle a le nez, les lèvres et la forme de la tête comme le lièvre, les poils et les ongles du blaireau, les dents du castor, la moustache du chat, les yeux du loir, les pieds de l’ours ; la queue est plate et les oreilles sont courtes.

Elle a les quatre dents de devant des mâchoires assez longues et assez fortes pour blesser cruellement ; cependant, elle n’attaque pas les chiens et ne fait de mal à personne à moins qu’on ne l’irrite. Si l’on n’y prend pas garde, elle ronge les meubles, les étoffes et perce même les bois lorsqu’elle est enfermée.

Elle a les cuisses très courtes et les doigts des pieds à peu près comme ceux de l’ours ; elle se tient souvent assise et marche comme lui aisément sur ses pattes de derrière. Les ongles paraissent faits pour fouiller la terre.

La couleur du poil sur le dos est d’un roux brun plus ou moins foncé : il est assez raide. Celui du ventre, noirâtre et touffu, est doux.

Elle porte à sa gueule ce qu’elle saisit avec ses pattes de devant et mange comme un écureuil. Elle court assez vite en montant mais assez lentement sur le plat.

Elle grimpe sur les arbres, elle monte entre deux parois de rochers, entre deux murailles voisines. C’est en observant les marmottes que les savoyards ont appris à grimper dans les cheminées pour les ramoner.

Elle ne produit de petits qu’une fois par an. Les portées sont de trois ou quatre. Leur accroissement est prompt. La durée de vie n’est que de neuf ou dix ans.

Une nourriture variée

La marmotte mange de tout : de la viande, du pain, des fruits, des racines, des herbes potagères, des choux, des hannetons, des sauterelles,…mais elle est plus avide de lait et de beurre. Le lait est le seul liquide qui lui plaise. Elle le boit en lapant comme le ferait un chat, avec une espèce de ronronnement semblable à un murmure de contentement. Elle ne boit que très rarement de l’eau et refuse le vin.

Elle a la voix et le murmure d’un petit chien lorsque l’on joue ou quand on la caresse ; mais, dès qu’elle aperçoit un homme, un chien ou un aigle, elle fait entendre un sifflet perçant et aigu agressant le tympan et elle rentre à son habitat.

Elle aime la propreté et se met à l’écart, comme le chat, pour faire ses besoins, mais elle a, comme le rat, surtout en été, une odeur forte très désagréable.

Dès qu’elles aperçoivent un homme, un chien ou un aigle, elles avertissent par un coup de sifflet et rentrent au refuge.

Un habitat pour hiberner

La marmotte se plait dans la neige et les glaces comme en haute montagne.

En France, elle vit dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif central. En Italie, hors des Alpes, elle se rencontre aussi dans les Apennins, du nord au sud.

Son habitat est construit avec art. Il est d’une grande capacité, moins large que long, très profond ; en forme de Y ; il peut contenir plusieurs marmottes.

Elle creuse avec dextérité, rejette la terre derrière elle grâce aux ongles plats des pouces des pattes avant ; ce n’est pas un trou, c’est un boyau droit ou tortueux. Le lieu de séjour est tapissé de foin. Elle y passe les trois quarts de sa vie et s’y retire pendant l’orage, la pluie ou dès qu’il y a quelque danger.

Au début de l’automne, la marmotte est très grosse, comme le loir ; certaines pèsent 20 livres. Elle accumule de la graisse dans son épiploon, large expansion du péritoine, ainsi qu’au niveau du dos et des reins. Elle va alors dans sa retraite. Elle travaille à fermer les deux portes de son domicile. Elle n’en sort qu’au commencement d’avril. Pendant cette période, elle s’engourdit. Elle est dans une torpeur, son sang circulant très lentement.

Elle ne fait pas de provisions pour l’hiver.

La marmotte s’apprivoise

La marmotte, prise jeune, s’apprivoise : elle apprend aisément à gesticuler, à danser, à obéir à la voix de son maître. Quoiqu’elle ne soit pas tout à fait aussi grande qu’un lièvre, elle est bien plus trapue et joint beaucoup de force à beaucoup de souplesse.

La chair de la marmotte ressemble à celle du lapin.

Les marmottes sont très difficiles à chasser au fusil car elles sont très défiantes ; de plus, elles ont une vue très perçantes. Lorsque leur chasse est autorisée, les habitants des montagnes les prennent au piège pendant l’été. Autrefois, dans certains cantons de la Suisse, les fermiers ayant repéré leur habitat le défonçaient et prenaient de préférence les adultes et les mâles. En France, leur chasse est réglementée dans les Alpes et interdite dans les Pyrénées et le Massif central.

A côté de la marmotte commune

Les Grecs ne connaissaient pas les marmottes. Les Latins comme Pline parlaient de « mus alpinus », rat des Alpes. Quoiqu’il y ait plusieurs autres espèces de rats, aucune n’est plus remarquable que la marmotte.

Différentes espèces existent comme le bobak en Pologne, le monax au Canada, la cavia au Bahamas et le cricet ou grand hamster en Alsace. Des marmottes vivent aussi en Asie centrale et au Tibet (arctomys himalayanus).

Janine Filtz

Timbres et dessinateurs

Le seul timbre français représentant une marmotte a été dessiné par Guy Coda et mis en page par Odette Baillais. Il s’agit d’un timbre de la série des parcs nationaux émis en 1996. Ce timbre, qui concerne le parc national des Cévennes met en avant la marmotte et l’ancolie.

Guy Coda est un peintre qui travaille avec l’administration postale française depuis 1996. Né en 1943 en Savoie, il a débuté ses études artistiques à l’Institut de peinture décorative Blot de Reims et les a continuées à l’Ecole nationale des arts décoratifs de Paris. Il a notamment dessiné les timbres du carnet « Nature de France » émis en 2009.

Par ailleurs, le timbre monégasque sur la marmotte a été dessiné par l’artiste Odette Baillais, formée aux Beaux-Arts. Elle a dessiné des timbres pour Andorre et Monaco et collabore avec l’administration postale française depuis 1976.
J. F.

Renseignements recueillis notamment sur :

- Œuvres complètes de Buffon – Edition de 1837 ;

- Larousse du XXe siècle – 6 volumes – 1928 ;

- Sites : Wikipédia – Phil-Ouest.




Nos réunions
Mardi 12 septembre 18:00
Réunion du conseil d’administration
(Espace Paul Bert)
Dimanche 17 septembre 09:00
Réunion mensuelle
(Espace Paul Bert)
Mardi 17 octobre 18:00
Réunion du conseil d’administration
(Espace Paul Bert)
Dimanche 22 octobre 09:00
Réunion mensuelle
(Espace Paul Bert)
Mardi 14 novembre 18:00
Réunion du conseil d’administration
(Espace Paul Bert)
Dimanche 19 novembre 09:00
Réunion mensuelle
(Espace Paul Bert)
Mardi 12 décembre 18:00
Réunion du conseil d’administration
(Espace Paul Bert)
Dimanche 17 décembre 09:00
Réunion mensuelle
(Espace Paul Bert)

Manifestations
Pas de manifestation programmée pour le moment.
Dernières mises à jour
11 août 2017
9 août 2017
31 juillet 2017
8 juillet 2017
29 juin 2017
29 juin 2017
29 juin 2017
29 juin 2017
29 juin 2017
Epernay Marne CA FFAP ADP GPCA Académie Timbre gravé La Poste L'Union RCF